RSS
RSS



 
7 ♀ & 4 ♂
2 membres du personnel & 9 élèves
2 grecs/romains, 2 nordiques, 1 asiatique, 1 aztèques/mayas, 0 vaudou, 2 celtiques, 0 hindou, 1 égyptien & 2 ignorants

Ma vie en rouge + Ayane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Couronnes : 316
Avatar : Neels Visser
Messages : 26

Ma vie en rouge + Ayane
Ma vie en rougeCombien de temps ? Combien de temps encore, devrais-je rester ici à souffrir plus qu'on ne puisse l'imaginer ? J'étais à la bibliothèque depuis des heures, à vrai dire, cela ne me semblait pas aussi pesant que ça. J'attendais sagement en dessinant mon terrible mal-être dans mon carnet. Je répétais encore et encore les traits qui me hantaient depuis des années. Camazotz était le démon de mes pensées, il était mon bourreau. Tous les élèves de Kaunaz Algiz entretenait une relation merveilleuse avec leur Dieu. Sauf moi, comme d'habitude, j'étais le seul à avoir en moi ce monstre. Pourtant, ce que j'aurai aimé apprendre, ce que j'aurai aimé découvrir toutes ces choses qui ont l'air passionnantes, malheureusement, ce ne sera jamais mon cas, car mon Dieu à moi était un monstre.

Il était 16h57 précisément, j'avais rendez-vous à 17h, ici même avec une fille de ma classe. Nous devions élaborer un travail de groupe en vue des examens afin de mieux comprendre les relations qui unissaient les divinités et les humains. Pourquoi avaient-ils besoin de nous ? Étions-nous leur esclave ou bien dépendaient-ils de nous ? Toutes ces questions étaient bien entendu sans réponse réelle, mais nous devions développer notre point de vue. Autant vous dire que ce travail ne me plaisait pas du tout, et il me plaisait d'autant moins car cette fois, je serai obligé de partager mon point de vue avec une illustre inconnue, qui d'ailleurs ne devrait pas tarder à arriver. Je ne me souvenais ni de son nom, ni de ce à quoi elle ressemblait. C'était plutôt mal parti. Je n'avais pourtant strictement rien contre elle. Ce qui m'énervait, c'était ce foutu travail.

Je tapais nerveusement le bout de mes doigts les un après les autres sur le bois foncé de la table. Je tournais la tête vers la fenêtre. L'hiver approchait à grand pas, le soleil s'était déjà couché. Dehors le vent soufflait très fort. Peut-être y aurait-il une tempête ce soir. En quel cas, cela m'empêcherait de chasser une nouvelle fois. Cela allait devenir de plus en plus difficile, et assez d'en parler à Camazotz était peine perdue, la compréhension cela lui était totalement inconnu. J'étais bien placé pour le savoir.

La porte de la bibliothèque s'ouvrit. Balayant un faisceau de lumière à l'intérieur de la pièce sombre où je me trouvais. Ce devait sûrement être elle.©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Agana-Béléa
4ème Mentaskòli
avatar
Couronnes : 437
Avatar : Nina Dobrev
Messages : 85

Re: Ma vie en rouge + Ayane

Ma vie en rouge

ft. AËNOR G. MAVOSAFY

« A plus tard les filles ! »

Je sors en courant de mon bungalow, enfermant Ilios à l’intérieur avec mes colocataires. Il a beau savoir que les animaux sont interdits au sein du château, il ne supporte pas de me laisser seule. Le pauvre essai toujours de trouver un moyen pour me suivre. D’autant plus que, vu le temps horrible que nous avons aujourd’hui, il est encore moins rassuré. Ilios est peut-être un chien mais il reste un animal divin offert par mon dieu et il sait pertinemment que je ne suis jamais autant en sécurité que par un soleil radieux. Ce qui n’est absolument pas le cas aujourd’hui. Mais bon, il s’inquiète pour rien. Qu’est-ce qui pourrait bien m’arriver au sein même de l’école ?

Vous devez vous demander pourquoi je sors de mon bungalow à cette heure et, surtout, par ce temps. La réponse est simple. J’ai un exposé à faire avec un de mes camarades de classe, Aënor. A vrai dire, j’ai un peu honte de l’avouer mais je ne lui ai encore jamais vraiment parlé. Pourtant il est dans ma classe depuis plus de trois ans maintenant… Moi qui adore me lier aux autres, je n’ai jamais réussi à l’approcher. Il faut dire que ce n’est pas quelqu’un de très sociable. Il est même plutôt froid et ne parle jamais aux autres. J’aimerais bien savoir pourquoi d’ailleurs.

Heureusement pour moi, cet exposé va me permettre de briser la glace et de discuter avec lui. D’autant plus que le sujet que nous avons est extrêmement intéressant : les relations divinité-sorcier. C’est un sujet large et captivant et notre professeur nous a laissé carte blanche dans la manière de le traiter. Autant dire que j’ai déjà pleins d’idées en tête. Sans compter que cet exposé compte dans nos examens de fin d’année, nous permettant de passer au niveau supérieur. Chose immensément importante en 4ème année.

J’arrive pile à l’heure dans la bibliothèque. La pièce est toute sombre. J’appuie sur l’interrupteur et vois, avec surprise, Aënor assis à une table. Il aime rester dans le noir ? Je m’approche et m’assois en face de lui, mon sourire habituel sur le visage.

« J’espère que tu ne m’attends pas depuis trop longtemps. J’ai eu un peu de mal à me détacher de mon chien sinon j’aurais pu arriver plus tôt, désolée. »

Je sors quelques feuilles et un stylo et reprend la discussion.

« Au fait, tu aurais peut-être préféré rester dans l’obscurité ? Désolée, la lumière et moi on est grandes copines alors j’ai l’habitude de toujours allumer en entrant dans une pièce. »

Vous voulez que je vous dise une chose ? C’est la première fois que je parle véritablement à Aënor et je me rends compte qu’il n’est franchement pas désagréable à regarder. Oui, je sais bien que ça n’a rien à voir avec notre exposé ou quoi. Je fais juste une constatation.

« On pourrais commencer par se raconter mutuellement comment est notre relation avec notre dieu tu ne crois pas ? »

Autant commencer quelque part. Je pense que ce sera plus simple de travailler une fois cette base posée.

Voir le profil de l'utilisateur
Couronnes : 316
Avatar : Neels Visser
Messages : 26

Re: Ma vie en rouge + Ayane
Ma vie en rougeLa lumière s'alluma subitement, brusquant mes yeux déjà habitués à l'obscurité. Ce devait être un trait de ce satané Dieu chauve-souris qui m'avait choisi pour élu. Ou devrais-je plutôt dire comme esclave. Je cillai quelques instants avoir de pouvoir y voir clair. C'était en effet une jeune fille qui venait d'entrer dans la grande salle. Et à la vue de son visage familier, je compris que ce ne pouvait être qu'elle. Seul soucis, c'était que je ne pouvais retomber sur son prénom. Cela était sans doute dû à mon manque de concentration constant, mais cela ne me posait pas plus de problème que ça. Des cheveux bruns lui arrivant au milieu du dos et ondulant très légèrement, une taille fine et un grand sourire aux lèvres. C'était le portrait parfait de Miss Je-Veux-Sauver-Le-Monde. Le genre de personne qui ne connaissait rien à la souffrance et qui n'en avait sans doute jamais vraiment ressentie, bien que parfois elle le pensait très fort. Elle pensait que tout était beau, que tout était rose. Elle s'approcha de moi. Je la saluai sans un mot, juste d'un hochement de tête, sans une once de méchanceté, ni de gentillesse, avec toute la neutralité dont j'était capable. Elle tira la chaise en face de moi et y pris place, toujours son sourire aux lèvres. Je me demandais ce qui pouvait bien la rendre si heureuse. Certainement pas moi en tout cas.

« J’espère que tu ne m’attends pas depuis trop longtemps. J’ai eu un peu de mal à me détacher de mon chien sinon j’aurais pu arriver plus tôt, désolée. »

Chien, ce mot me fit frémir. Je ne pouvais l'entendre, il me rendait dingue, il me dégoûtait, me donnait la nausée, comment oublier ? Ce qui me torturait depuis bien trop longtemps. Cela me flanquait des sueurs froides, des frissons dans le dos, m'envoyait dans un lieu obscur, bien plus lugubre que les enfers. Il résonnait dans mon esprit comme un écho dans un puits et à chaque fois qu'il revenait cela me faisait d'autant plus mal.

Le bruit des feuilles et du stylo qu'elle venait de poser sur la table me ramena à la réalité. Soulagé, je fermai les yeux puis les rouvris pour être sûr d'être bien réveillé.

« Au fait, tu aurais peut-être préféré rester dans l’obscurité ? Désolée, la lumière et moi on est grandes copines alors j’ai l’habitude de toujours allumer en entrant dans une pièce. »

Je lui fis signe que non en balançant la tête de droite à gauche. L'obscurité de me faisait pas grand chose en réalité, si ce n'était qu'elle me plongeait dans une étrange mélancolie, tellement familière qu'elle en était devenue douce. Mais après tout, la lumière ne me gênait absolument pas. Puis s'il suffisait de ça pour lui faire plaisir alors pourquoi pas.

Je voyais que son regard essayait de capter le mien, c'était normal quand on parlait avec une personne. Mais malgré cela, je continuai de le fuir comme je le faisais toujours.

« On pourrait commencer par se raconter mutuellement comment est notre relation avec notre dieu tu ne crois pas ? »

Je relevai alors la tête. Oui, c'était donc pour ça qu'on était ici. Parler de nos Dieux, et je n'en avais nullement envie. Je la regardai dans les yeux et pris la parole pour la première fois.

« Parler de nos Dieux... Vas-y je t'en prie. »

Je laissai quelques secondes s'écouler. Puis me penchai en avant, les doigts entrelacés sur la table contre lesquels j'écrasai mon torse.

« Ho non, laisse-moi deviner. Ton Dieu est un Dieu bienveillant, qui fait attention à toi, sans doute même peut-être qu'il te fait des cadeaux... Ou qui sait peut-être que tu fais partie de ces merveilleuses personnes qui ont un don. »

J'avais dit ces phrases avec tant de mépris que je m'en étais surpris moi-même. Mon visage repris un ton plus neutre, et je me recalai dans le fond de ma chaise. Je soupirai et cillai du regard à nouveau. Me concentrant sur les rangés d'étagères emplies de livres.

« Désolé, je voulais pas paraître désagréable... C'est juste que cette question je le trouve stupide. Et en toute honnêteté, j'ai vraiment pas envie d'en parler. » murmurai-je.

Je me mordis l'intérieur de la joue. Me refermant à nouveau sur moi-même. Je ne parlai que rarement, mais cette fois peut-être avais-je été un peu loin. ©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Agana-Béléa
4ème Mentaskòli
avatar
Couronnes : 437
Avatar : Nina Dobrev
Messages : 85

Re: Ma vie en rouge + Ayane

Ma vie en rouge

ft. AËNOR G. MAVOSAFY

Décidément il n’est vraiment pas quelqu’un de facile à comprendre. « Il n’a pas un caractère facile. » J’aimerai bien pouvoir dire quelque chose comme ça. Quelque chose d’aussi simple. Parce qu’après tout, un caractère ça ne se change pas. On l’a depuis notre naissance et c’est tout, on ne peut rien y faire. Dans ce cas-là, j’aurais terminé cet exposé et je me saurais arrangé pour ne plus jamais gêner Aënor. S’il préfère rester seul je ne vois pas pourquoi je l’embêterais de ma présence.

Mais ce n’est pas ça. Non, ce n’est pas aussi simple. Quelqu’un de naturellement seul ne serait pas comme ça. Le garçon assis en face de moi a des yeux neutres, ni froid, ni joyeux. Comme s’il ne voulait rien de la vie et qu’il savait déjà ce que le futur lui réservait. Ce qui est plutôt difficile à définir pour des sorciers comme nous. Mais, plus que cette neutralité, il y a autre chose. Autre chose qui fait que cette solitude ne peut pas être un choix : de la tristesse. Ça n’a duré qu’une seconde mais quand j’ai prononcé le mot « chien », son corps s’est crispé au point que je l’ai ressenti. Ça ne m’était jamais arrivé auparavant.

Il ne me parle pas, communique avec des gestes simples. Il n’a clairement pas envie d’être ici. Pourtant, ma présence devrait apaiser sa solitude non ? J’ai malheureusement peur que ce soit beaucoup plus compliqué que de la simple timidité qui l’empêcherait d’aller vers les autres. Tant mieux ! Plus quelqu’un est compliqué, plus il est amusant à décrypter. Je suis de nature curieuse et même si on m’a déjà dit que ça pouvait être dangereux dans notre monde, je n’y peux rien, c’est comme ça.

« Parler de nos Dieux... Vas-y je t'en prie. »

Première fois que j’entends sa voix. Il me regarde également dans les yeux. Et quels yeux ! Ça devrait être interdit d’avoir un bleu pareil. Bon, Hélios a les yeux dorés mais c’est un dieu alors ça passe. Avec ce petit instant contemplation, je n’ai pas le temps de lui répondre qu’il se penche en avant et reprend la parole.

« Oh non, laisse-moi deviner. Ton Dieu est un Dieu bienveillant, qui fait attention à toi, sans doute même peut-être qu'il te fait des cadeaux... Ou qui sait peut-être que tu fais partie de ces merveilleuses personnes qui ont un don. »

Whouaw… ça faisait longtemps qu’on ne m’avait pas parlé avec un tel mépris dans la voix. Je ne sais pas ce que j’ai fais mais là, j’ai envie de me cacher dans un trou les mains sur la tête et couinant : « C’est pas moi, maman. J’ai rien fait. »  Surtout que tout ce qu’il a dis est plus ou moins vrai me concernant. Mais il l’a dit sur un ton qui laisse penser que tout ça est mal, très mal.

« Désolé, je voulais pas paraître désagréable... C'est juste que cette question je le trouve stupide. Et en toute honnêteté, j'ai vraiment pas envie d'en parler. »

Je reprends mes esprits. Il est évident que ce n’est pas après moi qu’il en a. En revanche, il n’est pas difficile de comprendre qu’il n’a pas une excellente relation avec son dieu. Il ne doit pas extérioriser ça très souvent vu la façon dont il m’a parlé.

Ça me fait de la peine de l’obliger à faire cet exposé alors que ça a l’air de le faire souffrir. Bon, Ayane, il est temps de reprendre les choses en main !

« A vrai dire oui, tu as raison. Bienveillant je ne sais pas mais je n’ai pas à me plaindre de ma relation avec le blondinet. Mais on devrait peut-être parler de quelque chose de plus général. On a l’air d’être des cas extrêmes tous les deux alors ça ne va pas forcement être facile mais… »

Trouve quelque chose Aya’, vite. Si je ne veux pas qu’il ait à me parler de lui, il va falloir jouer sur un sujet que je connais sans pour autant avoir l’air de dire : « Moi mon dieu il est gentil et pas le tiens, lalalalèreux. » Très peu pour moi ce genre de gamineries.

« Et si on partait de ce que tu disais tout à l’heure : les dons. Tu as évoqué un point intéressant qui est pourtant faux. »

Je vais avoir l’air d’une madame-je-sais-tout mais bon, au bout d’un moment, je ne peux pas ne pas lui forcer à me raconter sa vie et en plus ne pas raconter la mienne.

« Les dons ne sont pas forcément donnés par les dieux. Pas à notre génération en tout cas. La plupart sont des reliquats de dons de générations précédentes qui réapparaissent sans trop qu’on sache pourquoi. Moi par exemple, bien joué d’ailleurs j’ai en effet en don, Hélios ne m’a pas donné mon don. Il l’avait donné à une de mes ancêtres il y a… Longtemps, je ne saurais te dire. »

En gros ça passe ou ça casse mais si mon idée l’intéresse on pourrait d’abord, ne pas parler de nous et, en plus, tourner le sujet de façon originale.

« Mais ce n’est qu’un exemple. Du coup, je me demandais, si ça t’intéresserait qu’on modifie un peu notre sujet. Pourquoi ne pas parler des relations dieu-sorcier en utilisant les clichés existants là-dessus ? Ça te dirait ? »

Par contre mon coco, ne crois pas que je vais abandonner pour autant l’idée d’en savoir plus sur toi. Sans mauvais jeu de mot, je ferais la lumière sur ton mutisme et ta solitude, tu peux compter sur moi.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Re: Ma vie en rouge + Ayane
Ma vie en rouge + Ayane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ Kaunaz Algiz ☽ :: Kaunaz Algiz :: + Le château :: + Librairie-