RSS
RSS



 
7 ♀ & 5 ♂
4 membres du personnel & 8 élèves
4 grecs/romains, 1 nordique, 1 asiatique, 2 aztèques/mayas, 0 vaudou, 3 celtiques, 0 hindou & 0 égyptien

Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Couronnes : 609
Avatar : Emilia Clarke
Messages : 237

Intrigue #1 : Rituel de bienvenue


► Welcome to our world
Rituel de Bienvenue
RPG Libre




La fin de l'été approchait à grand pas. Il était aux alentours de 20 heures, le soleil se faisait bas, créant de magnifiques dégradés de couleurs dans le ciel. Dans quelques instants, il serait totalement caché derrière les montagnes. Avec un peu de chance, le ciel serait dégagé, permettant de contempler les milliers de constellations dans l'espace infini. La nuit serait fraîche et humide, mais sans pluie pour le plus grand bonheur de chacun. Une atmosphère douce régnait sur l'Islande, tandis que les derniers touristes quittaient ses terres. En même temps, les nouveaux élèves de Kaunaz Algiz arrivaient des quatre coins du monde. Pour les anciens, certains étaient déjà revenus, d'autres arriveraient en même temps que ces jeunes adolescents.
Intrigue #1
Bienvenue à Kaunaz Algiz. Cette phrase sera le fil conducteur de cette première intrigue. L'occasion rêvée pour rencontrer les nouveaux membres et s’intégrer rapidement. Le RPG est libre, tout le monde peut y participer, et il n'y a pas d'ordre de réponse exigé.

100 couronnes seront distribuées aux participants les plus actifs de l'événement !
Tout était beau, tout était calme dans l'enceinte de l'école. La nature était verte et douce, les glaciers avaient fini leur fonte depuis longtemps, l'eau du lac était chaude et les âmes sereines. Tout semblait être en parfaite harmonie. Le moment idéal pour accueillir les pensionnaires qui rentraient de leurs vacances bien remplies.

J'avais toujours préparé ces journées avec une minutie incroyable, tout devait être parfait dans les moindre recoins. Petit à petit, les bungalows se remplissaient, la plupart des enfants étaient arrivés, et nos professeurs également. Chaque jour qui avait précédé celui-ci, des bus remplis déposaient ceux-ci à l'entrée du campus. Je les avais tous salués, nouveau ou non, fait mes vœux et mes recommandations. J'avais vérifié l'état de chaque logement, de chaque chambre.

J'inspirai longuement, oui tout serait parfait, ça l'avait toujours été après tout, pourquoi devrai-je m'en faire ? Il était l'heure pour moi de préparer ce fameux rituel de bienvenue que nous organisions chaque année. Un moment important de convivialité, d'amusement et toujours rempli d'émotion. Quelques élèves étaient venus jusqu'à mon logement non loin de la forêt pour m'aider à apporter les boissons jusqu'au lieu de rendez-vous, soda, jus, bière pour les plus âgés, mais avec modération. Mais aussi, chose la plus importante, des marshmallows à faire griller sur le grand feu.

Je commençai par créer un cercle avec des pierres d'agate et de quartz rose : des pierres d'amitié. J'amassai ensuite du petit bois sec et enfin, y mis le feu à l'aide d'une allumette. J'y jetai des pétales de tournesols, des graines d'oranges et de citrons. Invoquant des énergies positives, afin de renforcer cette atmosphère chaleureuse. Tout était en place. Je déposai un drap sur le sol pour m'asseoir aux côtés de mes jeunes élèves. Bientôt je ferai mon discours de bienvenue, ce serait ensuite au tour des élèves qui le souhaitaient de faire quelques démonstrations de leur don, et pour finir, chants accompagnés d'un air de guitare, rigolade et premier contact avec les nouveaux. Pour moi, il était primordial d'avoir cette première approche positive. Ce n'était pas toujours facile d'apprendre qu'on est un sorcier, c'était même plutôt effrayant. J'espérais surtout que mes collègues et mes anciens avaient fait leur travail correctement et que je n'aurai pas de malaise lorsque l'un de mes élèves se changeraient en je ne sais quelle créature abracadabrantesque. Malheureusement, ça arrivait presque systématiquement... Soit parce qu'ils ne croyaient pas à ce qu'ils appellent ces sottises, soit simplement parce qu'ils n'étaient pas au courant. Dans tous les cas, ça posait un problème. Ça plombait même un peu l'ambiance, mais cela créait toujours des souvenirs dont ils aimaient rigoler plus tard. Cette fois-ci sera la bonne, du moins espérons-le !

J'attendais patiemment que les aînés arrivent avec leurs petits poussins. Cet esprit de partage et de protection me plaisait, le but était qu'ils se sentent ici chez eux, qu'ils comprennent que leur différence ne faisait pas d'eux des monstres, ni des super héros, mais qu'en fin de compte, chacun d'eux avait une place dans notre monde et que nous aiderions à trouver.

La chaleur caressait mon visage, mes cheveux flottaient dans la brise légère, je fermais les yeux quelques instants, bénissant tous les Dieux de m'avoir amenée jusqu'ici. Un craquement me fit relever la tête, sans aucun doute les premiers arrivants. J'affichais un grand sourire sur mes lèvres.

« Bienvenue à vous ! » m'exclamai-je en ouvrant les bras.

☾ Signature ☽

Voir le profil de l'utilisateur
Krysanthe Abel
Professeur de médecine magique
avatar
Couronnes : 320
Avatar : Hayley Atwell
Messages : 47

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue


RITUEL DE BIENVENUE
INTRIGUE
⋅ ◆ ◈ ⟐ ◈ ◆ ⋅

Cela faisait sept jours que Krysanthe était rentrée de son voyage annuel à Délos, l’île sacrée d’Apollon. Elle y passait toujours quelques jours pour se recueillir au sanctuaire de son Dieu, dans la nature. Dans ses rêves –lorsqu’il daignait lui communiquer quelque acte ou parole–, c’était là qu’elle le retrouvait ; le temple était intact, ses pierres immaculées, l'air embaumait les herbes aromatiques et l’encens, et un vent chaud faisait s'agiter le tissu de son chiton. Apollon était incontestablement un maître du détail. La sorcière soupçonnait qu’il faisait cela pour la séduire, en quelque sorte, compte tenu de l’état actuel dans lequel se trouvaient les quatre temples de l’île qui lui étaient dédiés.

Depuis son retour en Islande, elle avait assisté Isadora, directrice et amie, dans ses démarches et vérifications pour que tout soit parfait pour les élèves. Le travail acharné et les allers-retours de sa colocataire l'avaient épuisée, aussi elle avait fini par se retraiter dans leur bungalow commun. A l'intérieur, quelques formulaires d’inscription traînaient çà et là dans le salon et la cuisine, et Krysanthe se leva du grand fauteuil confortable pour les amasser en une pile nette qu’elle posa sur le bureau de son amie. A travers la fenêtre, on voyait le soleil se coucher doucement derrière les montagnes. Il ferait bientôt nuit, et la cérémonie d’accueil pourrait commencer.

La sorcière passa dans sa chambre pour y récupérer la lyre antique qu’elle s’était offerte chez un luthier en France, en cadeau de fin d’études. Elle n’était pas dorée comme celle de sa divinité, mais la chaleur de son bois et la délicatesse de sa réalisation l’avaient conquise, en plus du son fabuleux qu’elle produisait –à condition qu’on sache s’en servir. Une fois l’instrument dans les bras, elle suivit la nuée de professeurs qui s’enfonçaient dans la forêt, discutant avec certains, en taquinant d’autres, jusqu’au lieu du rituel. Une fois arrivée, elle s’installa près de sa colocataire, le sourire aux lèvres, et la regarda entamer le rituel.

Des pierres furent disposées en cercle, un feu allumé, et Krysanthe chanta à voix basse avec le reste du groupe pour invoquer des ondes positives, porter chance aux nouveaux élèves, et célébrer une nouvelle année scolaire. Si on lui avait dit, seize ans auparavant, qu’elle en arriverait à faire des invocations d’énergie et à croire en d’autres dieux que le Seigneur Tout-Puissant, elle aurait ri au nez de l’infortuné qui osait remettre sa foi en question. Et voici qu’elle entamait sa troisième année en tant que professeur de médecine magique dans une école hors du commun. Elle ne changerait de métier pour rien au monde, tant les élèves lui procuraient du bonheur, malgré les mauvais jours, les exercices ratés, ou même leurs transformations subites. Son travail lui plaisait.

Souriant chaleureusement à l’assemblée de jeunes et de moins jeunes, de nouveaux et d’anciens qui commençait à affluer, Krysanthe attendit patiemment qu’Isadora ait fini pour apporter sa bénédiction au groupe d’élèves. Il fallait qu’ils se sentent les bienvenus, qu’ils soient à l’aise et en confiance. C’était ce dont elle avait eu besoin en arrivant ici, dans ce pays si froid et étranger, mais qui maintenant rayonnait de familiarité et de bons souvenirs –voire même de moins bons, qui cependant participaient toujours à la nostalgie qu’elle ressentait en pensant à ses trois Menntaskòli et demi. Cette chaleur, elle voulait elle aussi la transmettre à la nouvelle génération.

code by bat'phanie

☾ Signature ☽

i broke my own heart loving you
all this time i waited on a future that you never did. and despite all the love i gave, you wanted something i can't give. ▬ slow it down, love, it's too bright out there. hold on, love, you're walking thin air.

Voir le profil de l'utilisateur
Edeline Weaver
1ère Mentaskòli
avatar
Couronnes : 339
Avatar : Penelope Mitchell
Messages : 39

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
Le rituel de bienvenue










Edeline n'avait pas réellement eu de vacances puisqu'elle n'avait jamais été à l'école. Cette rentrée était pour elle la toute première... A 16 ans, il faut le faire quand même.
Heureusement, l'éducation assez stricte de sa mère lui avait donné de bonnes bases de langues, de mathématiques et de philosophie. Edeline avait toujours été studieuse pour éviter des conflits inutiles.
Elle ne ressentait pas réellement d’appréhension, au contraire elle était plutôt excitée de faire sa première dans un temple de savoir comme cette superbe école ! En plus, quoi de plus grisant que la magie?

Sa mère l'avait déposé il y a quelques heures à peine, dans son logement. Son père, lui, n'avait pas prit la peine de venir. Au fil des années, elle avait finit par comprendre que son exil avec sa mère avait du arranger cet homme qui ne s'était jamais occupé d'elles. Il lui avait néanmoins écrit une petite carte qu'elle avait pris soin de ranger au fond d'un tiroir dès son arrivée sans même la lire. Après quelques seconde à visité le logement, sa mère elle, avait embrassé tendrement sa fille. Peut-être regrettait-elle de ne pas avoir pu s'en débarrasser ici avant? Mystère, puisqu'elle était partie après cette embrassade sans lui dire un mot.
Après le passage des services sociaux qui lui avaient passé un savon, elle s'était immédiatement mise en quête d'un endroit vraiment lointain où envoyer Edeline. Quel bonheur quand elle avait apprit l'existence de Kaunaz Algiz... Que ce soit pour elle ou sa fille, la nouvelle avait été bien reçue et l'inscription avait été faite assez rapidement...

Enfin, toujours est-il qu'elle se retrouvait à cette cérémonie extrêmement intimidante avec beaucoup d'inconnus et sa timidité lancinante qui la bloquait.
Elle marchait à petits pas au côté des autres élèves, les yeux bas et les bras croisés autour de son corps. Le temps dans ce pays était peut être moins humide que celui de l’Angleterre mais il était assurément plus froid !
Lorsque la foule d'élève s'arrêta, Edeline fit en sorte de se mettre légèrement de côté pour ne plus être collée à eux. C'est seulement à ce moment qu'elle releva la tête doucement pour regarder autour d'elle. Elle ne connaissait rien ni personne, certains parlaient entre eux et semblaient s'amuser. C'était loin d'être son cas !
La panique commençait à envahir la jeune fille lorsque les vois rassurante des deux femmes s'élevèrent. Elle sentait en elles une chaleur vraiment agréable et avait l'espoir qu'elles ne cessent de parler. Hélas, ce qu'elle craignait arriva; la solitude fasse à la foule qui répondait chaleureusement aux adorables femmes.
Sa réaction fût immédiate, elle se poussa encore plus et rapidement pour ne pas montrer sa gêne manifeste fasse à ce manque de codes sociaux. Elle trouva place sur un tronc d'arbre couché où elle s'assit nonchalamment et  en soupirant
Voir le profil de l'utilisateur
Akie Ueno
3ème Mentaskòli
avatar
Couronnes : 618
Avatar : ハナエ
Messages : 205

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
 
 

Rituel de bienvenue

Intrigue 1

 

C'était la reprise des cours, le retour à l'école. Akie avait passé l'été - si les étés existent en Islande - dans un petit appartement de la ville voisine. En trois années passées ici, elle ne s'était toujours pas habitués aux températures glaciales constantes de la météo locale. L'école ne lui plaisait pas énormément mais, c'était toujours mieux que trois salles sentant le vieux et où la poussière collaient jusqu'au plafond à cause du froid et de l'humidité. Lorsqu'elle quittait le studio toxique, c'était pour aller servir des whiskys et des gins aux poivrots du bar d'en face. Heureusement que son commerce avait été florissant durant la belle saison, sinon elle aurait fini par utiliser sa marchandise pour oublier les rats qui lui servaient de colocataires. Non, décidément ce n'était pas les vacances mêlant repos et détente dont elle avait rêvé durant toute l'année.

Elle rêvait d'un feu doux, d'une couette sans mites et d'un matelas non-préformé par les précédents dormeurs. Elle voulait retrouver son bungalow et ses colocataires humains bien plus bavard que les rongeurs immondes et gras qui piquaient dans ces biscuits. Elle s'était levée tôt, réveillée par un ressort rebelle qui avait décidé de sortir du matelas pour se planter dans son dos. Une tâche de sang ajoutant une pointe artistique aux multiples traces de vins et d'autres choses dont elle ne voulait pas savoir la provenance, Ce matelas était un bien piètre Pollock. La blessure n'était pas énorme, une griffure près du rein, rien de bien important. Mais vu l'hygiène général de l'appartement, mieux valait désinfecté au plus vite avant de choper le tétanos.

Elle s'habilla rapidement, bourra toutes ses affaires dans sa valise, mélangeant bougies, vêtements et champignons hallucinogènes dans un bordel divin. Elle claqua la porte d'entrée en faisant tombé un morceau de bois à la peinture écaillé près de la poignée qui laissait presque passer la lumière. Elle mit les clés dans la boîte aux lettres du concierge et s'en alla jusqu'au bar, le nez dans son écharpe de laine.

Elle avait trouvé un moyen de rentrer chez elle, un des clients du bar était un ancien élève de Kaunaz Algiz  et elle avait réussi à le convaincre de l'emmener en voiture jusqu'à l'école en échange de trois potions de chance parfaitement réussies. Elle n'avait pas hésité une seconde au moment du marché mais désormais, elle le regrettait un peu. Le vieil homme l'attendait au bord d'une ancienne 2CV bleue délavée - couleur non d'origine évidement. Sa cigarette aux lèvres, il sourit à la jeune fille et lui fit signe de monter. Elle espérait seulement que le véhicule n'allait pas tomber en ruine sur la route.

Après une heure de route dans une voiture tremblant à tous les virages sur un chemin de montagne, Akie était enfin devant les murs de ce qui était sa maison depuis trois ans. Elle remercia son chauffeur et lui tendit quatre potions de chance avec une supplémentaire pour la survie de la voiture.

Elle fila à son bungalow, posa sa valise dans sac chambre et prit une douche avant de se jeter sur son lit. Il lui fallut moins de deux minutes pour s'endormir, les cheveux trempés s'égouttant sur l'oreiller.

Elle se réveilla en s'étirant et grimaça lorsque le muscle du dos griffé s'allongea en tirant sur la plaie. Ses cheveux encore humides en bataille, elle regarda l'heure. 20h. Elle avait dormit toute la journée et ce n'était pas pour lui déplaire mais, elle avait raté le début du rituel de bienvenue. Elle remit ses cheveux en place rapidement, enfila une paire de DocMartens et se dirigea vers la forêt. Elle croisa quelques élèves, et repéra les nouveaux qui pouvaient être de potentiels nouveaux clients. Elle n'avait rien apportés pour ce soir, pas même de l'herbe. Les professeurs et la Directrice seraient présents et elle n'était pas assez stupides pour mettre sa marchandises sous leur nez.

Elle profitait des doux rayons rosés du crépuscule qui filtraient entre les hautes branches feuillues. Une douce mélodie commença à tinter à ses oreilles de plus en plus forte et envoûtante. Il y a avait déjà foule autour du feu de camp et la Directrice avait commencé le rituel. Elle se rapprocherait du feu plus tard, il était bien trop entouré pour le moment. Elle s'installa en tailleur sur une souche et s'emmitoufla dans sa grande veste en pilou. Elle regardait les personnes présentes, reconnaissait certains professeurs et élèves, devinait les nouveaux qui ne savaient pas où se mettre ni quoi faire, adressait un sourire aux salutations de ses clients habitués. Cette ambiance lui avait terriblement manqué, finalement le sale renard qui lui servait d'ancêtre n'était pas si ennuyant que ça, sans lui elle n'aurait jamais connu ce petit cocon de tranquillité.

Elle sortit une tablette de chocolat au lait de sa poche et en cassa un carreau avant de le laisser fondre doucement sur sa langue, bien au chaud entre ses dents. Une jeune blonde frisée mal-à-l'aise s'assit au creux d'un arbre. Une nouvelle sans aucun doute, elle avait l'air stressée, voire anxieuse. Elle brisa de nouveau la tablette, enfourna un carreau entre ses dents et en tendit un autre à la nouvelle soupirante. C'était peut-être une future cliente, il fallait faire bonne impression.

Un vent froid lui glaça le dos, elle frissonna et se décida à rejoindre le cercle de pierres pour se rapprocher du feu qui crépitait comme pour l'inviter à venir le rejoindre. Tant pis pour la foule, elle ne tiendrait pas longtemps dans cette forêt glaciale sinon. Elle se joignit aux autres et elle contempla les flammes dansantes sous le chant des élèves qui l'envoûtaient.
Code by Joy

☾ Signature ☽

Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Neala B. O'Keefe
2ème Mentaskòli
avatar
Couronnes : 43
Messages : 129

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue


Rituel de bienvenue
Intrigue
Les éclats de rire qui fusaient de toute part, accompagnés de tant de voix différentes la laissaient totalement de marbre. Les couleurs chatoyantes, presque trop belles pour une journée aussi morose, ne parvenaient pas à lui arracher le moindre sourire. Les flammes elles-mêmes ne pouvaient rien pour elle, ne pouvaient espérer réchauffer son cœur gelé par la peine depuis deux mois déjà. Pendant toutes les vacances, Neala avait attendu, impatiemment mais surtout en vain, une lettre, un appel de sa mère qui lui aurait annoncé qu'elle pourrait rentrer. Rien de tout ça n'était arrivé et la jeune fille avait été obligée de passer son premier été seule au milieu des bungalow déserts, accompagnée d'autres paumés sans famille ou dont le don ne permettait plus aucun retour à la civilisation. Neala avait passé les pires vacances de sa vie, de ces semaines merdiques dont on se passerait bien, et ce soir, elle avait l'intention de prouver au monde entier ce que c'était, que de passer deux mois dans un endroit qu'on considérait comme un véritable enfer. Surtout lorsqu'on allait y rester pour une année de plus et ce malgré de vaines suppliques adressées à la seule personne capable de vous sortir de là. Aussi n'approchait-elle pas du foyer où tout un chacun se réunissait, maudissant chaque visage, chaque sourire tourné vers elle dans le but secret de tous les repousser. Elle détestait cet endroit et ne souhaitait rien d'autre qu'une évaporation immédiate, instantanée, qu'un retour à sa réalité perdue, celle-là même qu'elle craignait de ne jamais retrouver. Foutue cinglée. Si un jour elle parvenait à rentrer, Neala se promit qu'elle intenterait un procès contre cette vieille folle pour diffamation. Elle n'avait jamais rien eu d'une sorcière et ce statut erroné qu'on lui avait imposé lui avait volé toute sa vie. La jeune demoiselle sentit monter un peu de colère en son cœur tandis qu'elle assénait un coup de pied salvateur dans un caillou posé là. Un jour, elle se vengerait. Un jour, elle serait libre d'envoyer paître toutes ces bêtises pour lesquelles elle se détruisait l'âme. Un jour, elle serait capable de partir, loin, et de retourner quérir les véritables lumières de sa vie, celles de ces flashs qui lui manquaient tant.

Un jour, c'était certain, elle redeviendrait mannequin et brillerait plus fort que jamais. Un mince sourire se greffa sur les lèvres de la rouquine tandis qu'elle se voyait redevenir cette étoile, étoile qui ne serait pas filante, cette fois. Elle serait une étoile gravée durablement dans les cieux et qui ne s'en détacherait plus jamais. Plus. Jamais.

« Bienvenue à tous ! »

La voix d'Isadora la sortit de ses rêveries avec la soudaineté d'une pluie d'été. Relevant la tête, elle croisa rien qu'un instant le regard d'un pauvre type, brun et couvert de tâches de rousseur, qui détourna les yeux, penaud. Neala se demanda immédiatement s'il l'avait vue sourire et comment il avait pu se permettre de lui voler le peu d'intimité qu'elle avait su se créer. Ses sourcils s'arquèrent dans une moue de colère et c'est d'un ton un peu brusque qu'elle l'interpella.

« Qu'est-ce que tu regardes, toi ?! T'as un soucis, peut être ? »

Le garçon secoua presque frénétiquement la tête et décida d'aller voir ailleurs si l'ambiance n'y était pas meilleure. Secrètement satisfaite mais officiellement excédée, Neala se dirigea aussi violemment qu'elle le put vers une souche d'arbre sur laquelle elle se jeta. Ce type avait mérité qu'elle emploie ce ton-là et, si elle était honnête, elle devait avouer que ça lui avait fait un bien fou. Vérifiant cette fois-ci qu'elle n'était pas épiée, la jolie rousse s'autorisa un sourire amusé qui ne dura qu'une demie seconde. Personne ne devait pouvoir la surprendre. Après tout, elle avait une réputation à tenir, et celle-ci primait sur tout le reste. Une réputation bien maîtrisée était la clé du succès. Et Neala se faisait un devoir de tenir la sienne en laisse. Poussant un soupir, elle s'autorisa un regard en direction du « rituel de bienvenue » qui était d'un ridicule presque palpable. Des cailloux et des flammes n'avaient jamais protégé le cœur de personne et certainement pas le sien. Désormais, rien ne la protégerait plus jamais. Pas même Isadora qui ne comprenait pas toujours le mal qui la rongeait. Neala se sentait seule et n'était pas certaine de se comprendre elle-même. Si elle l'avait pu, elle aurait su que la clé de son emportement résidait dans sa terreur à l'idée d'avoir été abandonnée par sa mère. Mais Neala ne le pouvait pas et ne le pourrait peut être jamais. Sans vraiment savoir pourquoi, la jeune femme laissa échapper un second soupir. Elle décida de le mettre sur le compte de l'ennui. De toute manière, peu lui importait. Sa soirée était foutue et avec elle, son année le serait aussi. Bienvenue à Kaunaz, qu'ils disaient. Neala se fit la réflexion que c'était en enfer qu'on accueillait les gens ce soir.
• © VANKA
Voir le profil de l'utilisateur
Clemence Bergström
2ème Mentaskòli
avatar
Couronnes : 519
Messages : 202

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
 
Rituel de Bienvenue

                   
Intrigue
 

           

          « Au revoir. »

Traduction : va te faire. C'était de ces petits langages qu'il avait fini par développer en présence de son père et dont il avait bien trop de mal à se débarrasser. Les mots doux avaient été rongés par la rancœur, gangrenés par une rage commune qui les avait défigurés tous deux, les transformant en monstres l'un pour l'autre. Ils ne se voyaient pas, ne s'entendaient pas, ne se comprendraient jamais plus. Clem' détestait son père, mais il était surtout persuadé que son père le haïssait. Et il ne pouvait même plus dire qu'il ne le méritait pas. Il en avait juste, juste marre. Dégager de ce trou à rat était une bénédiction.

Aussitôt la porte close, il dégaina une clope, qu'il alluma d'un geste expert. C'était presque devenu un réflexe au fil du temps, une échappatoire comme une autre, qu'il utilisait par automatisme. La sensation de fumée envahissant ses poumons, l'odeur du tabac, le goût contre sa langue, jusqu'au simple fait de tenir ce petit tube bicolore entre ses doigts, tout autant de composantes pour un rituel aussi réconfortant que protecteur. Ses cigarettes, c'était un peu son bouclier. Il se sentait plus fort, plus confiant, moins fragile lorsqu'il se cachait derrière cette image de petit con qui lui seyait si bien.

Glissant une dernière fois sa main dans ses cheveux, il souleva son épais sac de voyage et le balança sur son épaule. Il était temps de partir, enfin, d'oublier ses vacances de merde et de s'offrir à une nouvelle année d'école, à un endroit où le mal ne semblait plus avoir de prise. C'était fou que les cours lui manquent ainsi, à lui, mais il décida, en croisant le regard réprobateur d'un voisin qu'il gratifia d'un doigt d'honneur, que c'était sans doute compréhensible. Tout ici ne lui inspirait plus que du dégoût. Tout ici avait été détruit par le temps, rongé par une colère de plus en plus envahissante, ravagé par la pourriture qui se propageait en son cœur. Il détestait la Suède.

Il détestait la Suède au moins autant qu'il s'était surpris à adorer l'Islande, ses terres immenses et sa météo capricieuse, ses côtes splendides et ses montagnes imprenables. Posant son regard sur ces paysages teintés de divin, un sourire bourgeonna sur ses traits rendus aigris par les disputes. Son été corrompu par la haine venait de prendre fin, il en avait désormais la preuve. Un apaisement soudain se répandit dans ses entrailles. Il lui sembla que l'air, ici, était plus pur, plus doux, que même le soleil avait quelque chose de caressant, que tout était familier et qu'il n'avait plus rien à craindre. Qu'il était chez lui. Enfin, enfin de retour.

« Home, sweet home, hein ? »


Il déposa machinalement ses bagages dans son bungalow, y instaurant d'ores et déjà une organisation toute personnelle. Son regard parcourut les alentours, voguant de poster en poster, caressant les objets qui jonchaient encore son bureau. Il y avait une terrible odeur de renfermé dont il s'amusa pourtant. Cet endroit, c'était son havre de paix. Son sourire s'agrandit.

Soupirant de plaisir, il s'étala dans son lit, ce bon vieux lit dans lequel il dormait depuis maintenant deux ans. Ses paupières se fermèrent d'elles-mêmes, rendues lourdes par le soulagement d'être enfin loin de l'homme qui brisait tout ce qu'il construisait. C'est peut-être ce même sentiment qui le poussa dans les bras de Morphée, peut-être lui qui le fit sombrer toujours plus loin dans les limbes du sommeil.

Lorsqu'il parvint enfin à ouvrir les yeux, il était trop tard. C'est du moins ce que lui annonçait sa montre.

« Et merde... »

Il était en train de louper la soirée de rentrée. Encore.

Un soupir quittant ses lèvres, il se redressa et fit face à son miroir. Une main dans les cheveux, il sentit rapidement ses aisselles pour vérifier qu'il n'avait pas besoin de prendre de douche. À défaut d'une réponse, il trouva son déodorant et s'en couvrit copieusement. De toute façon, il n'avait pas le temps. Ses pas accélérèrent aussitôt la porte close, pour se transformer bientôt en véritable course contre la montre. L'année dernière, il avait complètement loupé la rentrée. Pas cette fois.



L'ambiance avait quelque chose de mystique auprès du feu, dont la musique faisait crépiter le cœur. Tout en cet endroit était beau, tout en cet endroit était chaleureux, et Clem prit un moment pour apprécier ce qu'il était en train de vivre. Les flammes orangées s'élevaient haut et fort, grandioses, gorgées de souvenirs qu'il avait longtemps cherché à oublier. Mais pas ce soir. Ce soir était un instant de pause, d'amitié, de paix surtout. Ce soir, il avait le droit de se rappeler. Alors il s'approcha des flammes, oubliant même de saluer ses professeurs et amis, le regard animé par ce brasier qui semblait réchauffer une part morte de son âme. Son sourire lui revint de plus belle, avec ses teintes arrachées tout droit au soleil. Il se sentait heureux. Et c'est tandis qu'il s'émerveillait de cette sensation qu'il perçut enfin les paroles de l'une des enseignantes. Elle souhaitait la bienvenue, leur accordait une chaleur assez douce pour rassurer les plus récalcitrants des élèves – sauf Princesse Neala, sans doute. Le discours était sérieux, avec ce quelque chose d'officiel qui l'ennuyait toujours un peu. Il décida qu'on en avait bien assez eu.

Se redressant, il se tourna vers ses professeurs et plaça ses mains de sorte à donner plus de puissance à sa voix.

« Je pense que le meilleur signe de bienvenue serait de mettre de la musique, m'dame ! »

           

           

           
code par SWAN - image tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Nour Danielesco
1ère Mentaskòli
avatar
Couronnes : 331
Avatar : Yulia Tsymbal
Messages : 46

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue

ɪl était quatorze heures, le soleil était encore à son zénith mais j'en avais l'habitude étant originaire des pays froids du Nord du globe terrestre, j'étais sur un bateau de cargaison alimentaire, dans la soute se trouvait des palettes de vivres destinés aux plus riches, sur le pont, des familles et des jeunes comme moi qui guettaient l'horizon.
Je n'avais pas osée engager la conversation avec l'un d'entre eux, je me sentais accablée d'un lourd fardeau et je ne voulais pas le partager avec les autres, c'était comme un trésor qui ne méritait pas d'être partagé avec l'humanité. Le voyage jusqu'à l'Islande coûtait trente couronnes (trente couronnes qui équivalaient à la semaine de course pour une famille de trois à quatre personnes...) mais ma grand-mère n'opposa aucune résistance, elle qui de base négociait tout avait obtempéré sans contrainte au capitaine Poloskï.
Était-ce l'aveu de faiblesse de Nena, ma grand-mère, ou bien un moyen de facilité le transport ? Je n'en savais rien et je préférais ne jamais le savoir. J'étais donc sur la proue du bateau, j'admirai ces pins et ces montagnes, l'eau qui semblait translucide, qui faisait ce décor. Moi qui venais d'un pays pas si lointain que ça, je ne m'attendais pas à croiser un paysage aussi éloignait, ancien, que celui que m'offrait ma croisière.

Un garçon vint s'accouder à côté de moi, nos regards se croisèrent : il était brun, ses joues empli de taches de rousseurs, légèrement plus grand que moi. Il me fixait d'un air concilient mais je ne cherchais en rien la fraternité. Je le regardais d'un air neutre, en attendant qu'il se lasse, puis je reporta mon attention sur l'horizon à cause de cette nouvelle senteur que mon odorat avait captée. Ce n'était ni du sel ni du sucre ni du sang. C'était une senteur douce mais forte, comme un mélange de coco et d'ananas (pour parler en fruit).



✶ ✯ ✶



15h30 - Nour se trouvait enfin devant son bungalow, le numéro deux. L'horizon offrait seulement des pins, quelques maisons de bois ébènes similaire à sa nouvelle demeure et le château de Kaunaz Algiz. La jeune fille arquait un sourcil ; elle c'était faite accueillir par la directrice, une femme qui semblait à peine plus vieille qu'elle puis avait piochée un prospectus (ressemblant à celui que lui avait donné Anca, la bibliothécaire de Palanga, sa ville en Lituanie. Il n'y avait que le texte qui avait changé, elle avait comparé les deux.) a proximité du hall d'accueil. Le nouveau utilisait des mots forts tel que "haine", "différence", "croyance disparue" alors que celui d'Anca avait des mots tels que "cohérence", "suprématie", "pouvoir".
Nour avait disposé les deux prospectus sur son lit : le château était le même, il n'y avait que la signature du directeur qui différait. Peu importe, le château avait beau avoir été créée par Örn Algizson on n'en savait pas plus. Est-ce que toutes les premières années se questionnaient ainsi ? Et les plus anciens ?
La création de l'école de magie datait de 1739, Nour avait hâte de découvrir l'historique de Kaunaz Algiz à travers la bibliothèque de l'école. Les gens ne se méfiaient pas assez des bibliothèques, ils laissaient des livres tels que " Le Livre des Ombres", " Prières pour Sacrifices " ou encore " C O M P L O T " traîner sur des étalages communs, comme si les mots ne signifiait plus rien.
Nour soupira.

Elle troqua son chemisier pour une tunique noire sans manche, large, cachant ses fesses, qui avait une tête de mort (une rose dans la bouche) au centre. Elle avait gardé son jean délavé ainsi que sa pair de basket noir, à la virgule (du nike) dorée. Ses oreilles étaient percées d'or en forme de soleil, au centre un rond de cristaux brillants sous la lueur du jour (la nuit, cela passait inaperçue. Encore plus si Nour avait les cheveux détachés), quelques gouttes de "Twilly" d'Hermès, un parfum sucrée, fruitée, fort, et la voilà prête pour affronter cette nouvelle vie.
Dans son dortoir, il y avait trois lits de disposer (un seul était prit, mais la partenaire de chambre semblait absente) en alignement contre le mur, une seule fenêtre pleins sud (et heureusement !) ainsi que la porte d'entrée. L'extérieur ressemblait à la cabane des sept nains dans Blanche-Neige, la porte était inclinée vers l'intérieur, légèrement petite (ce qui forçait Nour a  s'abaissait, elle ne mesurait qu'un mètre soixante-sept pourtant!), aucune cheminée, le toit garnit de gazon qui dégoulinait comme un volcan jusqu'au sol. Ce n'était pas vraiment ceux à quoi Nour s'attendait. Ici, son iPod ne captait plus la musique, elle se retrouvait obligée de siffloter des airs  tels que Two Feet - Her Life ou Lorn pour faire vivre l'atmosphère.

16h30 - Nour n'avait toujours pas déballé ses trois valises, elle était allongée, en position de prière musulmane sur le sol, ses pensées dirigeaient vers IxChel. Le soleil brillait toujours autant mais une légère brise faisait virevolter les feuillages, la seule fenêtre du dortoir numéro deux était ouverte (elle s'ouvrait vers l'intérieur) et rafraîchissait la chambre. Sa coloc' ne semblait pas rentrer, Nour décida d'aller visiter Kaunaz Algiz lui-même, elle devait se résoudre a parcourir ce chemin sans musique...
Il était maintenant plus de dix-sept heures, bons nombres de sorciers étaient arrivés, certains semblaient se connaître d'autre s'éviter. La directrice restait au même endroit, proche des grilles, elle continuait de sourire et d'accueillir les nouveaux et les anciens. Nour assistait à ce spectacle pendant une dizaine de minutes avant de rejoindre la porte centrale du château, elle voulait le visiter !
Sur la route, certains des élèves parlaient d'un rituel de bienvenue qui devait avoir lieu à vingt heures (levé de la lune.) dans la forêt de pins qu'elle avait traversé quelques heures plutôt afin de rejoindre sa nouvelle école. Elle se décida à les rejoindre par simple curiosité : la seule démonstration de magie qu'elle avait eut était celle de IxChel - violente, sentimentale, oppressante et vivante pour résumer en quelques adjectifs. Tous les gens qu'elle apercevait était aussi des sorciers, ils étaient tous dépendant d'un dieu comme elle : Nour n'aurait jamais cru croiser autant de gens dans une école de sorcellerie, le monde était si petit et vaste en même temps...

18h - Le soleil allait se coucher, Nour était déjà vers la forêt assise près de Hágönglón elle avait visitée en bref l'extérieur ainsi que l'intérieur de Kaunaz Algiz. La jeune fille avait été submergée par l'émotion de ce lac d'un bleu aérien, en y trempant son doigt Nour fut surprise de la chaleur dégageait.
Il allait devenir pour sûr son endroit favori sur le campus (elle était du genre bonne nageuse, attirée par l'eau et la chaleur du soleil sur sa peau nue pour résumer simplement.) d'ici peu, vous l'a verrez faire des longueurs dans ce lagoon. Nour avait prise avec elle la brochure afin de se sentir un peu moins seule. Elle admirait d'une part Vatnajökull, ce glacier qui semblait cacher encore ses secrets et de l'autre Hágönglón, ce lac qui deviendrait son meilleur ami (à défaut de son iPod qui ne pouvait lire de la musique dans cette zone de la Terre) pendant quatre années.
En relisant le prospectus elle découvrit la possession de don; pourquoi IxChel ne lui avait rien donné à elle ? Était-elle trop faible ? Ou simplement un pion ? Nour aurait tellement aimé pouvoir se transformer en guépard, courir vite, sentir l'odeur de viande fraîche, avoir des griffes violentes et précieuses (tels que sa déesse) mais il n'en avait rien été : Nour Danielesco était restée ce qu'elle était. C'était un sentiment d'échec qui prenait possession d'elle.

Presque deux heures étaient passés depuis qu'elle était posée à proximité du lac, Nour lisait un vieux livre français  tandis que le soleil se couchait, le paysage se contrastait ne laissant place qu'au noir et à l'orange, la jeune fille se croyait dans l'un de ces déserts en Afrique qu'elle avait aperçu dans l'un de ses livres d'histoires en Russie (lorsqu'elle était étudiante à l'académie des cadettes n°9 de Moscou), les ombres s'allongeaient de façon démesurée et l'horizon ne se laissait plus découvrir, il n'y avait que l'éclat du Soleil Couchant pour être admirée.
Un brouhaha se faisait entendre non-loin du lac, cela venait de la forêt de pins, c'était peut-être le rituel de bienvenue dont certains avaient parlés ?
Nour se dirigea sans hésitation vers l'origine du bruit en laissant Vingt miles lieues sous les mers de Jules Verne - écrit en russe, ainsi que l'ancienne brochure près du lac, elle ne pensait pas qu'un étudiant(e) pourrait  ne serait-ce que l'ouvrir : elle avait déjà croisé pas mal de regard depuis plus de quatre heures et aucun ne lui avait prêté attention ni même aidé avec ses valises alors a un livre ?!!

Nour trouva enfin l'origine du bruit, elle était derrière un arbre et admirait des individus chanter à voix basse dans une langue ni latine ni slave-orientale (peut-être de l'hébreux ou de l'arabe ? Ou simplement du slave ? Elle demanderait plus tard.) Il y avait la directrice et quelques sorciers disposés en cercles sur un drap autour d'un feu sentant le tournesol et le citron (deux odeurs que la jeune fille aimait particulièrement. Bien qu'ayant un bon odorat elle ne senti pas le zeste d'orange également présent), sur le sol était disposé des pierres d'agate et de quartz rose, Nour savait qu'elles symbolisaient l'amitié mais n'en savait plus. Voyant qu'en plus de la directrice et de quelques adultes se trouvaient des jeunes elle décida de sortir de derrière son pin afin de les rejoindre.
Aucun n'avait fait de commentaire en la voyant se joindre à eux, il devait être vingt heures passés, le soleil avait maintenant disparu, la lune ne tarderait pas a briller. Elle ne connaissait pas les paroles chantaient mais sifflotaient en air avec eux. Depuis la tombée de la nuit de plus en plus de gens faisaient leur apparition : elle était satisfaite d'être assise près du feu.

- Bienvenue à tous ! C'était exclamé la directrice en ouvrant les bras, ce langage indirect montrait l'implication de la chef des lieux.

Nour aperçut quelques sourires se dessinaient sur le visage de ces futurs camarades, quelques filles allaient se cacher loin de la foule tandis que d'autre passait inaperçu parmi les autres...

Une asiatique à l'air blasait mangé du chocolat, à vue d’œil Nour aurait dit du noir, son préféré d'ailleurs. Cela se voyait que cette fille était une ancienne, elle ne se préoccupait même des autres alors que tous les nouveaux (elle y comprit) faisait voyager leurs yeux de gauche à droite.

Un peu plus loin une jeune fille, brune avec des tâches rousseurs ainsi qu'un regard assassin incendiait le jeune homme que Nour avait croisé il y a quelques heures plutôt sur le bateau. Nour afficha un sourire espiègle ; pauvre femme qui cachait sa joie, apprends donc que Nour Danielesco a les yeux partout.

- Je pense que le meilleur signe de bienvenue serait de mettre de la musique, m'dame !

La voix du garçon assis près du feu la ramena à la réalité.

Amen -  Nour c'était mordu a langue pour ne pas le dire à voix haute. Maintenant, elle fronçait les sourcils.

- Mais comment veux-tu écouter de la musique ? En arrivant ici mon iPod ne marchait plus...

Nour posa cette question avec une légère appréhension, est-ce qu'une horde d'élève sortirait de l'ombre accompagnée de guitare, flûte, piano etc. ?
Son regard voyageait entre chaque participant du cercle, un peu plus sur celui qui avait émit l'idée d'accompagner la soirée de musique : Il avait parlé, il devait aller jusqu'au bout de son propos.
Elle reporta son attention sur  une pierre quartz, faisant pianoter ses doigts sur le solide.

Voir le profil de l'utilisateur
Couronnes : 232
Messages : 10

Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
L'avion ayant décollé en milieu d'après-midi, Orlane arriva à Reykjavik en début de soirée. Elle s'était ennuyée à mourrir pendant le trajet et ne pouvait que penser aux quelques amis qu'elle laissait derrière elle en Allemagne. Pas des personnes irremplaçables dans sa vie mais des personnes somme toute sympathiques qui en ce moment devaient déjà être bien avançés dans le programme pendant qu'elle perdait son temps. Car, en effet, la rentrée en Allemagne était à la mi août et non pas en septembre.

L'air était frais en Islande, comme elle s'y attendait. Elle remonta son col roulé sur le bas de son visage et, de l'aéroport, elle prit un bus qui la mena directement à l'école. Le trajet n'était pas très long mais le soleil restant ne permettait pas de voir grand chose par la fenêtre.

Le château était beau, il n'y avait rien à dire. Vieux, majestueux, construits dans de la belle pierre. Les couleurs en Islande semblaient plus pures et plus intenses. Le vert de l'herbe était plus éclatant, le bleu de l'eau plus scintillant, les courbes des collines plus douces, les étoiles plus brillantes, le monde semblait plus paisible.

Elle se mit à marcher dans le campus (qui ressemblait fort peu à un campus), consciente qu'elle ne savait pas du tout où aller, et alors qu'elle se rapprochait de sortes de petites maisons imbriquées dans les collines, on lui indiqua que le rituel de bienvenue allait commencer d'une seconde à l'autre et qu'elle n'aurait pas le temps de déposer ses affaires dans son nouveau foyer.

Elle suivit donc la masse d'élève sans broncher, tirant sur sa valise tout en songeant que 'rituel de bienvenue' sonnait comme 'secte'. Pourtant autour d'elle, les élèves avaient l'air heureux au possible. Etait-ce donc ça une secte ?

Elle arriva enfin à un rassemblement à la lisière de la forêt. N'étant pas très grande et surtout tout derrière, elle ne vit pas grand chose mais pû sentir les agréables odeurs qui se dégageaient d'un grand feu.

A un mouvement de la foule, elle réussi à distinguer une jeune femme blonde, ravissante, que tout le monde regardait avec respect. Puis elle ne vit plus rien du tout suite à un autre mouvement de foule.

Elle crû tout de même discerner une voix masculine demandant de la musique. La réponse ne tarda pas à venir et, cette fois-ci, de la part d'une fille toute proche qui assura que son Ipod ne marchait plus depuis qu'elle était arrivée.

Pour une fois que je sais ce qu'il se passe et que quelqu'un autour de moi non, pensa Orlane, car ses parents lui avaient en effet expliqué que si les téléphones ne passaient pas, les ondes du lieu ne permettaient pas non plus l'utilisation de tout autre objet technologique. Ce qui était l'une des raisons pour lesquels elle était tellement frustrée. Qui pourrait vivre sans Internet pour vérifier ses emails ou application pour gérer son budget ?

-Je crois avoir compris qu'aucune technologie ne marche ici, dit-elle d'une petite voix (peut-être d'ailleurs ne l'avait-on pas entendu), un peu anxieuse de s'adresser à quelqu'un.

Si elle aussi est embarquée dans cette secte et qu'ils ne lui ont pas encore laver le cerveau, autant s'associer, décida-t-elle.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Re: Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
Intrigue #1 : Rituel de bienvenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾ Kaunaz Algiz ☽ :: Kaunaz Algiz :: + La forêt-